REEL CONSEILS : Open Water 2 : À la dérive

Jetez un œil à l'un des titres Direct-to-Video de cette semaine.

Image de film

Se sentir heureux? Carrément joyeux ? Comme si quelqu'un se penchait et chatouillait jusqu'au plus profond de ton âme ? Vous voulez résoudre ce problème ? Parce que si vous vous sentez trop heureux depuis trop longtemps, Open Water 2 : À la dérive est garanti de vous faire regarder deux fois cette bouteille d'eau de Javel dans l'armoire.

Open Water 2 : À la dérive , voyez-vous, est 'basé sur des événements réels'. Après l'avoir regardé, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander pourquoi ils voulaient admettre que ces 'vrais événements' avaient même eu lieu, et encore moins annoncer au monde à quel point ils étaient stupides, même en partie.



Et ce n'est pas seulement le fait qu'un thriller à suspense décent comme Le large chié à ce peu de boue de chagrin direct à la vidéo, c'est ce que Open Water 2 : À la dérive a à offrir en premier lieu. En gros, six amis et un bébé (la fille de deux des amis) partent pour une croisière d'un week-end sur un yacht de luxe. Et puisque ce film ne s'appelle pas Open Water 2: croisière amusante Happy Smile , vous savez que des choses vraiment horribles vont se produire. La plupart du temps, six crétins vont se faire marteler, aller nager au milieu de nulle part et oublier de baisser l'échelle. Ils sont maintenant à l'extérieur du bateau tandis que le seul bébé à bord, qui ne tire clairement pas son poids - elle pourrait sûrement ramper jusqu'aux commandes de déverrouillage de l'échelle et l'abaisser pour maman et papa ! - reste à bord en pleurant parce que Maman et papa sont actuellement en train de mourir de froid dans l'eau à environ dix pieds sous le pont.

Bon, alors je simplifie à l'excès. Tout le monde n'est pas SI ivre - en effet, maman est hydrophobe depuis longtemps et ne monterait à bord qu'avec un gilet de sauvetage. Elle ne voulait pas aller nager, vraiment, mais a été inévitablement jetée par-dessus bord. Mais quand même... il y a cinq crétins et une victime dans cette eau.

Et les voir essayer de remonter à bord est à la fois déprimant et... oh merde, c'est juste déprimant. Les regarder essayer les choses les plus idiotes - comme saisir un drapeau américain suspendu à un poteau sur le pont arrière, en pensant d'une manière ou d'une autre que ce drapeau particulier a été tissé à partir d'une combinaison de coton très fin et de FIBRES D'ACIER - ne fera que déprimer l'enfer de toi.

La première Le large était une série d'accidents étranges qui m'ont fait me sentir mal pour les deux impliqués, et franchement, en espérant qu'ils reviendraient à terre juste pour qu'ils puissent poursuivre en justice la compagnie de navigation qui les a mis dans ce pétrin en premier lieu . La deuxième Le large , pendant ce temps, est une tempête parfaite de pure stupidité qui m'a fait me sentir mal pour le bébé sur le bateau qui a dû se retrouver avec ce genre d'équipage de second ordre. D'accord, ouais, pour ces pauvres connards dans l'eau aussi... Je suppose que n'importe qui pourrait faire ce genre d'erreur stupide. Mais le simple fait de regarder ces gars se chamailler entre eux et essayer quelques choses futiles (y compris demander de l'aide à un navire qui passe, qui bien sûr croit qu'ils sont juste en train de faire la fête) est vraiment, vraiment triste. Parce que lorsque vous êtes dans l'eau jusqu'au cou et que vous ne pouvez pas atteindre le bateau, la dernière chose à laquelle vous vous attendez est de voir quelqu'un mourir d'une fracture du crâne non traitée.

Ouais, un peu de spoiler là-bas, mais vous ne croirez tout simplement pas le genre de pure stupidité dans laquelle ces six-là s'embarquent. La panoplie de blessures qu'ils développent au cours de tout ce triste gâchis est tout simplement étonnante. C'est tellement évitable, et s'ils avaient juste travaillé ENSEMBLE pour l'amour de Dieu pendant un petit moment, ils auraient bien pu se remettre sur le bateau sans incident ni blessure ! Mais non... c'est un va-et-vient : dispute, coup stupide, blague boiteuse, plus de disputes, coup vraiment stupide, réaction excessive vraiment stupide, quelques morts, encore plus de disputes, et ainsi de suite.

La fin ne parviendra même pas à être heureuse – c'est encore plus déprimant que tout le film lui-même. Et encore mieux, cela vous laissera crier devant votre téléviseur dans une pure incrédulité alors que votre cerveau essaie de concilier comment ils pourraient réussir à ignorer quelque chose d'aussi simple que tout cela.

Les fonctionnalités spéciales incluent une featurette de making-of, des sous-titres en espagnol et en anglais et des bandes-annonces pour Le large , Mort dans l'eau , Homme du monde , et Guerrier pacifique .

Dans l'ensemble, ce buzzkill cinématographique massif ne vaut vraiment la peine que si vous êtes désespéré de vous sentir triste, ou si vous avez une sorte de manie monstre et semi-permanente pour laquelle vous ne voulez pas de traitement pharmaceutique. Le reste d'entre nous qui sommes venus pour se sentir heureux devrait couper une large place autour de cette angstfest nautique.